Retour à la liste

Ajouté le 5 juil. 2009

La peinture libératrice


JournaldeSierre Venr/rer/i 14août1998 ARTEl
Galerie de l'Hôpital


Le Miégeois Pascal Russi expose à la Galerie de l'Hôpital de Sierre.

Sa peinture coup de poing est une thérapie, soumise pour la première fois au regard des autres.
Pour Pascal Russi. la peinture est une question de survie. A travers elle, il libère tout ce qui le tourmente ou le comble; à travers elle, il ressent l'ivresse de la liberté. C'est pour cette raison que le peintre n'a jamais suivi d'école d'art, ni subi l'infiuence d'un maître. «J'ai déjà connu assez de contraintes comme cela. Je ne veux pas qu'on m'impose quoi que ce soit, je ne veuxpas apprendre.Pour une fois, je fais ce que je veux, je peux rester moi. même.» Cette soif d'indépendance, Pascal Russi l'a ressentie
tout au long de sa maladie. Il est hémiplégique et souffre de maux de tête chroniques depuis
treize ans. Les hôpitaux, il connaît bien. Et c'est justement~J'Hôpital de Sierre que le Miégeois
a choisi pour sa première exposition. «Cet endroitcorrespond à ma peinture puisqu'il représente les sentiments que j'ai éprouvés pendant mamaladie.» Sur l'étage 0 jusqu'au 11 octobre, Pascal Russi veut donner un petit panorama des émotions qu'il explore depuis 1984, avec la gouache puis
avec la peinture à l'huile. Le visiteur se trouve face à une palette de couleurs explosives. Face à une diversité de styles étonnante. «J'aime l'art, je fréquente beaucoup les galeries. Je me laisse peut-être un peu influencer par ce que je vois, mais très inconsciemment!Jepeins ce queje sens,c'est tout.
Et je m'empresse d'achever un tableau pour aller jusqu'au bout d'un sentiment.»Douleur,colère, liberté, tourments, sérénité, espoir... Pascal Russi peint avec ses tripes. 'Chaque toile est un instantané, un coup
de poing lancé à la vie, une expressionoù chacun peut se retrouver. Pascal Russi, Galerie de l'Hôpital deSierre -Loêche jusqu'au 11octobre

G.Dagmann

 

Créé avec Artmajeur